Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/02/2014

Quand la politique sécuritaire mise en place par Nicolas Sarkozy porte ses fruits à Mèze

"Délinquance en baisse dans la cité du Bœuf
(article de Midi libre du 01/02/2014)

Les chiffres viennent de tomber (Source gendarmerie).

Avec 477 faits constatés en 2012 contre 419 pour l'année 2013, la délinquance générale sur la commune de Mèze affiche une diminution de 12,16 %. La tendance, déjà enregistrée à la baisse avec un recul de 11 % entre 2010 et 2012, se confirme donc. Dans le détail, les cambriolages affichent le plus net recul avec 44 faits contre 55, soit une diminution de 20 %. Les atteintes aux biens ont pour leur part décliné à hauteur de 8,17 % avec 281 atteintes enregistrées en 2013 contre 306 en 2012.

Dans les secteurs couverts par les caméras vidéos, les vols dans les véhicules légers ont quasiment disparu. Depuis 2011, la ville de Mèze s'est doté de dix-huit caméras de surveillance sur les lieux publics. Quatorze nouvelles caméras équiperont prochainement trois nouveaux sites en ville ainsi que le port ostréicole du Mourre-Blanc. Les bandes sont visionnées en cas de dépôt de plaintes et apportent une contribution à l'élucidation des délits. Du côté des départs en vacances, 140 maisons ont bénéficié de l'opération « Tranquillité vacances » en 2013. Ce service de patrouilles connaît un succès croissant et sera reconduit en 2014."

Je me félicite de voir de si bons résultats sur notre belle ville de Mèze quand la politique de l'UMP est mise en place, et grâce à M. Nicolas Sarkozy

 

Le texte de loi de référence en la matière, la LOPS de 1995, mentionne d'ailleurs exclusivement le terme "vidéosurveillance", tout comme la première loi Loppsi en 2002. En 2007, Nicolas Sarkozy en fait l'un des axes de sa lutte contre le terrorisme, estimant que les caméras ont joué un rôle-clef dans l'enquête sur les attentats de Londres deux ans plus tôt. En juillet 2007, Nicolas Sarkozy remet à Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l'intérieur, une lettre de mission la chargeant notamment de "déployer plus de moyens de vidéosurveillance, qui sont un instrument essentiel de prévention et de répression des actes terroristes". Quatre mois plus tard, la ministre instaure la commission nationale de la vidéosurveillance.

C'est début 2008, semble-t-il, que se produit la rupture : la commission nationale de vidéosurveillance débouche sur un "plan vidéoprotection". Le terme restera : dans les discours suivants de Michèle Alliot-Marie, tout comme dans la bouche de la plupart des membres de la majorité, le mot "vidéosurveillance" laisse la place à "vidéoprotection".


LUTTE CONTRE LE TERRORISME ET CONTRE LA DÉLINQUANCE

Nicolas Sarkozy avait annoncé le 25/11/2009 que les préfets pourraient bientôt se "substituer" aux maires pour installer des caméras dans les communes.


Nicolas Sarkozy sur la vidéosurveillance par publicsenat

"Je déplore les réticences de certains élus à s’engager dans la voie de la vidéoprotection. La vidéoprotection ne menace pas les libertés, la vidéoprotection protège la liberté de se déplacer et d’aller et venir dans son quartier en toute sécurité." NS

En 2014, les bouffées de délinquance ont fini par saper les résistances les plus vives. Comme aujourd'hui le marasme sécuritaire qui, de cambriolages en agressions à la chaîne, incite les élus de tous bords à hâter les projets d'installations vidéo dans leurs communes.

Par contre, je pense que la baisse des cambriolages est plus liées à l'excellent travail de la Gendarmerie de Mèze, de la vigilance des voisins car il n'y a pas de vidéoprotection en zone résidentielle.

Dans les années a venir, il y a encore beaucoup de travail a faire et de moyens a mettre en place car malgré le bel article de midi libre, encore trop de personnes souffrent de l'insécurité à Mèze.

Johnny Perchec
Responsable UMP Mèze

Henry Fricou : Affaire du terrain

Bonjour à Toutes et tous.

terrain fricou, henry fricou, elections municipales meze 2014, le coeur a meze, gilles phocas, midi libre,Je demande à M. Gilles Phocas, d'arrêter de communiquer sur l'affaire du terrain concernant le maire de Mèze M. Henry Fricou.

Car effectivement les Mézoises et Mézois devaient êtes impérativement prévenus de cette affaire, pour connaitre l'honnêteté de leur Maire.

Cela est chose faite avec les articles de http://mezinfos.midiblogs.com/

Maintenant, chacun peut se faire ses propres opinons.

Personnellement, j’ai lu tous les documents et après lecteur, je suis très affecté car j’avais envie de combattre M. Henry Fricou sur des idées politiques et non pas sur des « magouilles ».

Je ne voudrais pas que suite à tout cela, les habitants de Mèze oublient la gestion calamiteuse de la majorité en place.

La pratique mise en place depuis près de 40 ans, de désinformation comme faire circuler des rumeurs etc...

Il faut absolument que les électeurs puissent choisir leur futur Maire, en toute connaissance du bilan Fricou et de sa majorité, des propositions faites et des solutions proposées pour améliorer leurs quotidiens.

Je suis très attaché à l'indépendance de la justice, par conséquence, je considère que M. Gilles Phocas a très bien informé la population de Mèze et que c'est à la justice de faire son travail maintenant.

M. Henry Fricou est présumé innocent jusqu'à son procès s'il a lieux bien évidemment.

Je rappelle aussi que "Le cœur à Mèze" est sans étiquette, car M. Gilles Phocas a obtenu l'investiture UMP mais a fait le choix de ne pas l'utiliser pour ouvrir largement sa liste à toute tendance politique.

Je ne critique pas son choix car sur une ville comme Mèze ce qui compte, ce n’est pas l’étiquette politique mais la qualité des personnes.

Pour ma part, je me sens très à l’aise avec toutes les personnes travaillant avec M. Gilles Phocas pour les élections municipales de Mèze 2014.

Gilles, je te renouvelle ma confiance et te remercie d’avoir informé la population sur cette affaire maintenant fait la même chose concernant tes propositions électorales.

Johnny Perchec
Responsable UMP MEZE