Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/03/2012

Elections Présidentielles 2012 : Quel est le bilan politique de François Hollande ?

Comment François Hollande pouvait-il ne pas se douter que son bilan à la tête de la Corrèze serait questionné, à trop insister sur celui du Président de la République ? http://www.lafranceforte.fr/bilan    

Depuis plusieurs jours, la gestion calamiteuse du candidat PS, en seulement 3 années de présidence du conseil général de la Corrèze, fait le tour du web. Voici la liste (non exhaustive) de la gestion d'un petit département par un candidat à l'élection présidentielle de la cinquième puissance mondiale.

Depuis que François Hollande est président du conseil général de Corrèze :

- Le nombre de fonctionnaires du département a été augmenté de 50%, passant de 831 à 1 231.

- Le département a acheté 5 400 iPad au géant Apple, sans même consulter les producteurs français de tablettes. Il s'agirait de l'une des plus importantes commandes groupées d'iPad au monde.

- En 3 ans, la dette de la Corrèze a explosé de 25% (+87 millions d'euros). Il s'agit du département le plus endetté de France (3 fois plus que la moyenne nationale).

- Les charges de personnel du département ont augmenté de 54,95%.

- Les capacités d'autofinancement pour le remboursement des emprunts ont baissé de 33,04%.

- En 3 ans, le nombre d'années théorique pour rembourser la dette corrézienne a doublé, passant de 9 à 18 ans.

- Les investissements du département ont été diminués de 60% sous la présidence Hollande.

- La taxe foncière a augmenté de 6,5%.

- La gratuité des transports scolaires a été supprimée.

- L'aide aux petites communes a été supprimée.

- L'allocation personnalisée d'autonomie des personnes âgées a diminué, comme les prestations de compensation Handicap.

- Des bourses étudiantes ont été supprimées.

- La taxe des permis de construire a été augmentée de 300%.

- La Trésorerie nette en fin d'exercice était positive au 31/12/2008 (9,424 millions d'euros) et largement négative l'année suivante (7,891 millions d'euros, au 31/12/2009).

Voilà de quoi donner envie à François Hollande de ne plus parler de bilan... Et encore, il ne s'agit que du bilan des trois dernières années du candidat socialiste.

Pour les 10 ans précédents, pas besoin de rappeler qu'il a également ruiné le PS dont il assurait la gestion (deux défaites cinglantes pour deux élections sous la direction Hollande, dont le fameux 21 avril 2002).

http://www.lafranceforte.fr/

06/12/2011

Les Socialistes au sénat = plus d’impôts, plus de dette : Un matraquage fiscal des classes moyennes et des PME

« Dis-moi ce que tu fais au Sénat, je te dirai ce que tu ferais à l’Elysée ». Tel pourrait être l’enseignement du bilan de seulement quelques semaines de la majorité de gauche au Sénat.

1/ Les socialistes refusent le principe de réduire la dépense publique
Pour le budget 2012, la gauche sénatoriale ne propose aucune mesure d’économies, malgré la gravité de notre situation économique et budgétaire.

2/ En 2 mois au Sénat, les socialistes ont créé près de 50 nouvelles taxes pour un montant dépassant les 30 milliards € !
30 taxes dans le Projet de Loi de Finances, 17 dans le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale : le PS au Sénat c’est presque un impôt par jour depuis 2 mois. Le PS est le parti de la contre-réforme et du sabotage systématique des efforts accomplis depuis 5 ans.

3/ Les impôts votés par la gauche visent en particulier les classes moyennes et les ménages les plus modestes
Suppression des exonérations pour les heures supplémentaires, rétablissement des droits de successions pour les classes moyennes : le PS a décidé de supprimer des mesures qui profitent pourtant aux classes moyennes ayant un patrimoine modeste.

4/ Le PS augmente les taxes sur les entreprises et menace l’emploi
La gauche propose une augmentation d’environ 20Mds de prélèvements sur les entreprises. Augmenter la pression fiscale sur une PME en période de crise, c’est prendre le risque de la fragiliser, de retarder ses investissements, d’empêcher des embauches…